Cela fait presque 8 super mois que superhuit s’est installé à Porto et 6 que j’ai rejoint l’équipe. C’est donc le bon moment pour une petite rétrospective afin de me présenter. Ne gaspillons pas notre temps et gardons cela “DRY” comme un bon développeur le ferait, n’est-ce pas?

Je m’appelle Luís, je suis né il y a 34 printemps de cela à Porto où j’ai grandi et vécu. Perfectionniste dans l’âme, amoureux de la plage et de la nature, en hiver vous me verrez rarement dehors, mais je suis sûr que vous savez déjà où me trouver lorsque le soleil est au rendez-vous! Marié, père de deux enfants, quand je ne change pas de couches ou que je ne fais pas des trucs de geek, je jardine.

Développeur Frontend chez superhuit, je suis fier et heureux d’être le premier Portugais à avoir rejoint la nouvelle équipe à Porto.

Qui suis-je et comment suis-je arrivé ici?

D’habitude, j’ai tendance à me présenter comme un développeur autodidacte, mais dit à haute voix “ça le fait pas trop”, n’est-ce pas? Je veux dire, qui n’apprend pas vraiment quelque chose soit-même de nos jours? Mais ici, permettez-moi de poser le contexte.

Je me considère chanceux d’être né au début des années huitantes et d’avoir cette perspective unique sur la façon dont la technologie a évolué. Ce que je veux dire c’est que j’ai vraiment eu la chance de surfer sur le web 56k et de voir internet se développer jusqu’à aujourd’hui!
J’ai toujours été fasciné par les ordinateurs et la technologie en général. Enfant, mon premier ordinateur était un ZX Spectrum +2. Stockage sur bande magnétique! En plus du jeu, j’ai commencé à coder en qbasic pour m’amuser. En y repensant, c’était mon premier contact avec la programmation.

Malgré mon intérêt évident pour les ordinateurs et les trucs de geek, ma formation et mon parcours professionnel furent un peu inattendus. J’ai abandonné les arts au secondaire et j’ai suivi un cours sur la publicité, le marketing et les multimédias. Mon premier emploi a été dans un studio de photographie de mode où j’ai fait de la postproduction numérique. C’était aux alentours de l’an 2000, il se passait tellement de choses dans le monde du numérique que j’ai commencé à m’intéresser à la conception et au développement de sites web. Pendant ce temps, en plus de mon emploi à temps plein, je me suis mis à suivre des cours sur le design graphique et la production multimédia. Petit à petit, j’ai commencé à apprendre de plus en plus et j’ai finalement décidé de me mettre à mon compte et travailler comme freelancer.

Quelques années de succès et d’échecs plus tard

Qu’il s’agisse de travailler dans différents studios de design ou de travailler comme indépendant, j’ai fini par créer ma propre entreprise après avoir défié un ami de longue date, un talentueux designer qui était aussi au chômage à l’époque. Nous dirigions un studio de design à deux et cela a duré 5 ans.

Pour faire court, nous sommes arrivés à un point où les choses n’évoluaient plus comme nous le voulions et nous ne nous sentions pas heureux ou comblés. Alors nous avons décidé tous les deux qu’il était temps d’abandonner ce projet. Personnellement, j’ai réalisé que « gérer des affaires » n’était pas vraiment mon truc et le fait que je devais le faire ne m’aidait pas à grandir et à progresser en tant que développeur. C’était une bonne expérience, mais être le seul développeur dans ma propre entreprise était aussi un voyage solitaire.

Eh bien, j’ai promis d’écrire un article concis et simple, alors je vais vous épargner les détails. Toutefois, je songe à écrire ultérieurement un article sur les expériences que j’ai apprises, sur la notion de l’échec et sur le syndrôme de l’imposteur.
Pour être honnête, avoir arrêté cette entreprise fut la meilleure décision que nous ayons prise. Quelques mois plus tard, j’ai lu le un blog post sur l’ouverture de superhuit à Porto. J’ai pris mon ordi et j’ai postulé 😉

Qu’en est-il jusqu’à présent

Effectuer la transition d’un « two men show » à une équipe en constante croissance, de 12 personnes, a été un pas important pour moi. Il y avait beaucoup à assimiler, le stack de développement, les processus d’entreprise et les méthodologies agiles, la culture, le partage de l’équipe entre la Suisse et Porto, etc. Mais être ici m’a déjà tant appris. Plus important encore, cela m’a permis d’apporter ma propre expérience et mes propres idées. Travailler au sein d’une entreprise dont la culture vous encourage à aller plus loin et à tirer le meilleur parti de vous-même est essentiel. Je vous laisse donc ici avec quelques pensées en vrac qui me traversent l’esprit pour clôturer mon blog:

  • Les gens d’abord, soyez attentif-ve et généreux-se
  • Saisissez chaque opportunité pour féliciter la réussite d’un-e collègue. Ce n’est pas un acquis. Faites-le, vous verrez que cela a un impact sur elle/lui.
  • Vous avez probablement plus à donner que vous ne le pensez.
  • La manière d’aborder un problème, c’est déjà réaliser la moitié du chemin pour le résoudre. Faites-le intelligemment.
  • Ne vous sentez pas dépassé, avancez par petites étapes.
  • Acceptez le fait que vous ne pouvez pas tout savoir
  • Demandez de l’aide, posez les bonnes questions
  • Ayez toujours un objectif
  • Concentrez-vous sur ce que vous savez faire le mieux
  • On apprend en faisant. Ayez confiance en vous, lancez-vous!

Pour résumer, je ne pourrais pas être plus heureux jusqu’à présent et l’aventure continue.
Et vous, alors? Poursuivez-vous vos rêves?

Até já,
Luís