Après 8 mois captivants parmi l’équipe de superhuit, il était temps que je me présente. Lausannois passionné par la montagne et les sports extrêmes, je m’appelle Gabriel et je suis venu en renfort l’automne passé pour répondre à la demande de motion-design. Car oui, je suis motion-designer !

Je profite d’être aux commandes du lab pour vous présenter l’un des derniers projets réalisé chez superhuit.

Il y a 2 mois, pour l’ouverture du second bureau à Porto, nous avons imaginé une série de pictogrammes représentant des éléments iconiques de Porto et Lausanne. Nous voulions représenter notre implantation dans la nouvelle ville en transformant le logo de l’agence en pictogrammes pour ensuite les diffuser sous forme de 8 posts Instagram.

Au-delà de la définition du concept et des choix graphiques, un projet de motion-design demande un temps de réflexion important pour concevoir sa réalisation. Les logiciels de motion proposent tellement d’outils que cela rend les possibilités quasiment infinies et un mauvais choix peut entraîner une perte de temps importante.

Je profite donc de ce post pour vous présenter plusieurs techniques d’animation dans le but d’augmenter votre productivité. Pour ça, il est préférable de connaître le logiciel After Effects. Dans le cas contraire, je vous conseille de lire l’article sans prêter attention aux termes techniques.

Analyse et choix des technologies

Le projet consiste à réaliser l’animation de 8 séquences comprenant chacune la transformation de deux pictogrammes en logo.

Une séquence comporte 4 étapes:

  1. la transformation du pictogramme 1 en logo
  2. la transformation du logo en pictogramme 2
  3. la transformation du pictogramme 2 en logo
  4. la transformation du logo en pictogramme 1

Nous pouvons donc animer uniquement les étapes 1 et 3 et créer les suivantes en réutilisant les 2 premières inversées dans le temps.

La réalisation des étapes 1 et 3 consiste à paramétrer des clés d’animation, en sachant qu’il y a 16 pictogrammes à animer, c’est sans doute la partie la plus gourmande en temps du projet.

After Effects propose une alternative intéressante à l’animation par clé appelée « les expressions ». Elles permettent d’automatiser une multitude d’actions par le biais d’instructions Javascript. Grâce à elles, nous pourrons nous passer des clés sur cette partie.

Préparation des fichiers

Les visuels proviennent d’Adobe Illustrator avec les différents éléments répartis dans plusieurs calques.

À ce stade, l’objectif est de séparer le pictogramme en 2 dans le but de créer une suite de calques logiques et les ordonner de la manière suivante :

  • 1 calque contenant le logo
  • 1 calque pour la première ligne de transition
  • 1 calque pour la moitié du pictogramme
  • 1 calque pour la deuxième ligne de transition
  • 1 calque pour la deuxième partie du pictogramme

Set-up de l’animation

Commençons par importer le fichier et régler la composition à 50 i/s.

 

Pour utiliser correctement les expressions, il nous faut des calques de forme munis de l’effet « Slider Control » et l’option « Trim Path ». Ils seront utiles pour contrôler l’animation des traits.

 

L’expression time renvoie un nombre correspondant à la valeur de l’instant courant dans la composition. En ajoutant time*100 au slider du logo, cela permet de l’incrémenter de 0 à 100 en 1 seconde. Il ne reste plus qu’à le connecter au paramètre « End » de l’option « Trim Path » pour animer les traits.

 

Pour relier le deuxième calque au premier, nous allons appliquer le même principe en lui spécifiant d’attendre que le slider du premier calque atteigne la valeur de 90. Cela permettra de lancer l’animation du deuxième calque juste avant que le premier ne se termine.

Une fois le délai paramétré, nous pouvons relier le slider aux paramètres « End » et « Start » de l’option « Trim Path ». Pour créer une longueur de trait de 15%, il suffit de retarder le paramètre « Start » de 15. Etant donné que la trajectoire de cette ligne est plus longue que les autres, nous pouvons ralentir l’animation en ajoutant time*50.

 

Il est temps de relier le troisième calque en appliquant le même principe.

 

Maintenant que nous avons la première partie animée, il nous suffit de dupliquer les valeurs des calques 2 et 3 sur les calques 4 et 5.

Animation de la séquence

Nous allons faire une nouvelle composition de 8 secondes, la dupliquer et la joindre à la première en l’inversant dans le temps.

 

Nous pouvons maintenant modifier le rythme de l’animation en accélérant certaines parties grâce à l’effet « Time Remapping ». Pour cela nous allons créer une nouvelle composition de 25 i/s.

Finitions

Voilà, à ce stade, nous avons quasiment terminé le projet. Il ne reste plus qu’à joindre par 2 le reste des séquences de la même manière que précédemment, ajouter les éléments décoratifs et exporter l’animation.

Conclusion

Les bons outils permettent de sauver de précieuses heures lors de la production, c’est autant apprécié par le client que nous-même, qui passons moins de temps derrière nos écrans.

Si vous avez des questions ou remarques, je reste disponible via les commentaires ou même en live si vous passez par Lausanne.
Merci d’avoir pris le temps de lire ce post et n’hésitez pas à faire un tour sur notre Instagram pour visionner le reste des séquences.

En savoir plus sur les expressions

Nicolas Dufresne, connu pour avoir développé le plugin “Duik”, nous propose une introduction aux expressions
https://rainboxprod.coop/downloads/guides/AE_Expressions.pdf

Charles Bordenave propose une formation complète sur les expressions et le scripting dans After Effects
http://www.nabscripts.com

Et évidemment, la documentation officiel d’Adobe After Effects
https://helpx.adobe.com/after-effects/using/expression-basics.html

 

Gabriel